Parlons de nous

 

 

Élevage NICHA enr a fait son nid dans le Bas du Fleuve, Province Québec, Canada.  NICK et CHAD sont à l'origine du choix du nom de cet élevage.  Nick ayant été le premier Berger Belge et aussi le premier chien propriété de Michèle Gauvin. Venu habiter avec moi en octobre 1986 à l'âge de 3 mois, c'est lui le responsable de la passion et de l'amour profond que j'ai développé pour la race.  Chad est venue s'ajouter par la suite pour réellement débuter l'élevage.  Ainsi NICHA a vu le jour en 1990 avec sa première portée.   Par la suite, le Berger de Shetland est venu se rajouter à l’équipe.  Au départ pour mon fils, il est devenu clair très vite que je ne pourrais plus me passer de ceux-là également.

L'importance du tempérament et de la santé a toujours été la priorité dans mon élevage et plus j'avance et j’apprends au sujet de la race, plus ces deux points sont primordiaux pour moi.  Le type et une bonne conformation sont également très important.

L'Élevage Nicha est un élevage en milieu familial, les chiots naissent dans la pièce principale de la maison : la cuisine, et y vivent durant les quatre premières semaines de leur vie.  Par la suite, l'espace devenant restreint (les chiots profitent !!!), ils descendent au sous-sol de la maison, ayant à leur disposition une grande chambre ainsi qu'une grande salle de jeux où ils se défoulent souvent à tout les jours.  Portant une très grande importance au tempérament et à la socialisation, je la débute avant même que les chiots quittent pour leur nouvelle demeure.  Ainsi ceux-ci connaissent l'automobile, différentes personnes et chiens, différents environnements et bruits.  Je profite de leur première période de socialisation et débute vers 4 à 5 semaines.  Avant cela tout en respectant la mère et en étant sécuritaire pour la santé des chiots, j’invite des gens et surtout enfants à venir les voir et les manipuler toujours dans le but de produire des chiots les plus sains mentalement possible.  Tout ceci demandant énormément de temps et d'énergie mais je veux donner aux chiots le meilleur départ possible.  Mon fils Guillaume participe également à ce travail et il le fait avec beaucoup de plaisir.

Pour chacun des accouplements que je fais, j'ai en tête de faire ce qu'il y a de mieux pour la race.  Ceci me demande énormément de recherches et de dépenses, j'essaie donc de toujours me garder un premier choix à chacune de mes portées.  Bien sûr, je ne peux les garder tous avec moi, je tiens à en garder un petit nombre pour bien m'en occuper donc j'aime le principe de la "famille d'accueil".  Il y a des risques mais jusqu'ici ça bien été et le moral est au beau fixe pour le futur.

Tous mes chiens destinés à l'élevage sont testés pour les yeux (fait à chaque année ou avant de reproduire car les maladies héréditaires oculaires peuvent débuter aussi tard qu'à 8-10 ans), radiographies des hanches et des coudes (fait une fois à deux ans ou parfois à 18 mois chez les Shelties), la thyroïde (fait aux 2 ans) et la maladie de Von Willebrand dans le cas du Shetland (test fait une fois et sur l'ADN).  J'ai rajouté le test BAER qui est un test pour détecter un problème de surdité sur une ou deux oreilles (maladies héréditaires rencontrés principalement chez les races avec beaucoup de blanc).  Dans le cas des Belges, on doit également faire très attention à l’épilepsie héréditaire et ceci passe par des recherches détaillées des pedigrees car il n’y a pas de tests pour détecter les porteurs pour l’instant.  Étant moi-même vétérinaire, je suis très bien placée pour comprendre toute l'importance de ces tests.  Je me doute bien que d'autres tests pourront être disponibles dans le futur et/ou deviendront importants pour la race.  Rien n'est statique dans l'élevage et tous les moyens disponibles pour produire de meilleurs chiens sont utilisés selon leur disponibilité.