Poils & Compagnie

 page 1

Allez voir sur la page 2 pour plus de photos!

 

Ayant particulièrement aimé le texte paru dans la revue Poils et Compagnie sur les Berger Belge Tervueren, j'ai voulu vous le faire partager.  La revue Poils et Cie est un magazine Québécois dédié aux différents animaux de compagnie.  Ce texte rejoint le texte écrit dans la section : le Berger Belge mais dit d'une façon différente, très jolie et vrai à lire.  Les photos accompagnant le texte ont d'ailleurs été prises avec mes chiens par le photographe M. Clément Morin co-propriétaire de la revue".

LE TERVUEREN

LE GRAND BLOND AU NEZ NOIR
Amoureux attentif, ce berger belge a toujours l'oeil sur son maître mais sa grande énergie n'en fait pas un chien de tout repos.

Par Lyse Savard

« Bêêê, Bêêê », les cinq moutons se sont rassemblés le long de la clôture. Ce sont des Dorset et des Suffolk. Avec leur magnifique tête noire et leur taille imposante, les Suffolk n'entendent pas à rire. Le chien devra travailler fort pour gagner leur respect. D'ici quelques minutes, Isabelle et Fidel, son Tervueren, se dirigeront vers eux. Obéissant aux ordres de sa maîtresse, Fidel fera en sorte que les
moutons se déplacent le long de la clôture. Ce faisant, ils s'éloigneront de la bergerie, ce qui ne sera pas de nature à leur plaire. Pour le chien, la difficulté principale du parcours sera de leur faire franchir un passage plus étroit, un obstacle placé le long de la clôture. Ensuite, les moutons iront s'entasser dans le coin, soit l'angle où les clôtures du pâturage se rejoignent. Fidel devra alors quitter l'arrière du troupeau et aller se placer à l'avant. S'il le faut, il devra confronter le mouton de tête et le forcer à changer de direction pour qu'il revienne sur ses pas le long de la clôture. Les autres moutons devraient le suivre. Fidel devra ensuite s'assurer qu'aucun d'entre eux n'échappera à sa garde. Sous l'oil vigilant du Juge, l'équipe ramènera ses moutons au point de départ, tout ça tranquillement, les mouvements du troupeau et du chien toujours contrôlés par les commandements d'Isabelle. Bien qu'à quelques reprises, le chien ait fait la sourde oreille aux "Couché"» réclamés par sa maîtresse, la démonstration donnée par Isabelle et Fidel est convaincante. Il n'y a pas de doute, Fidel fait honneur à ses ancêtres bergers.

D'ailleurs, les propriétaires de Tervueren étaient nombreux à participer à cette clinique de rassemblement de troupeau tenue à Cap-Saint-Ignace en août dernier. Le site enchanteur de la bergerie d'où l'on aperçoit le Fleuve, et l'hospitalité chaleureuse de ses propriétaires ont contribué aux plaisirs des bergers en herbe curieux de voir si leurs chiens reconnaissent encore un mouton après des années passées à folâtrer sur le tapis du salon. Trépignant d'excitation, les yeux alertes, les oreilles pointées vers l'avant, Sonic, Weave, Shawee, Bungee, Roscoff et Charisme n'ont pas oublié.  Bien qu'on les verra dans les concours d'Agilité, les rings de conformation et les enceintes d'obéissance, ces Tervueren ont conservé leur instinct de gardien de troupeau.

DE LA BELGIQUE
Le Berger Belge est originaire de la Belgique. Non seulement les éleveurs belges ont-ils créé leur propre chien de berger mais encore en ont-ils développés quatre variétés toutes reconnues dans le monde sous l'appellation de « Berger Belge » (sauf aux États-Unis). De la ville de Laeken, est né le Laekenois, à poil dur, fauve, charbonné et frisé ; de la ville de Malines, est né le Malinois, à poil court, fauve et charbonné ; de la ville de Tervuren, est né le Tervueren, à poil long et fauve ; du château de Groenendael, est né le Groenendael, à poil long et noir. L'histoire officielle veut que les quatre variétés soient le même chien avec seulement une robe de couleur et de texture différente. Par contre, certains prétendent que la distinction d'une variété à l'autre est beaucoup plus importante, que l'ossature de l'une est plus robuste que l'autre, que le tempérament par exemple diffère grandement entre le mordant du Malinois, utilisé fréquemment pour le travail policier, et la tendresse du Tervueren, bien acclimatée à la vie familiale.

Quoi qu'il en soit, il faut savoir qu'au Canada, un Tervueren peut aussi bien naître de parents Groenendaels. Le Berger belge est une race qui en offre pour tous les goûts. La démarche qui a précédé la standardisation des quatre variétés s'est amorcée à la fin des années 1800 où l'on procéda en Belgique au recensement des types de chiens de berger. En 1920, le Kennel Club belge les a finalement reconnues. 

LE FAUVE
Les quatre variétés de Berger belge n'en ont pas moins leur propre histoire. Celle du Tervueren s'associe au nom d'un brasseur nommé Corbeels, habitant Tervuren à proximité de Bruxelles. Dans les années 1895, naît un mâle appelé Milsart, magnifique spécimen noir et fauve, il est l'ancêtre du Tervueren moderne. Bien que définie, cette variété parvient mal à s'implanter, les amateurs de Berger belge à poil long lui préfèrent le noir Groenendael. Les deux guerres faillirent être fatales au Tervueren. En fait, le chien fauve à poil long disparaît mais ses attributs étant issus de gènes récessifs, les Groenendaels donnent naissance de temps à autre à des petits fauves, chiots que les amateurs qui souhaitent reconstituer la variété des Tervuerens s'empresseront de préserver. C'est ainsi que le berger fauve réintègre le cheptel belge.

AMOUREUX
Le Tervueren est un grand sensible, un intuitif obsédé par son maître et profondément attaché à son entourage. C'est un amoureux débordant de tendresse et toujours à la recherche d'une caresse ou d'un compliment. Pour qu'il soit heureux, cette amour exigeant doit lui être rendu. La littérature sur le Tervueren est unanime. Ce chien est décrit comme loyal, affectueux, intelligent ; qualités, il faut avouer, qui sont généralement attribuées à presque toutes les races de chien. Ce qui est toutefois souligné avec insistance dans la documentation sur le Tervueren, c'est son indéfectible loyauté. Il semble même que dans certaines circonstances, une séparation d'avec son maître peut lui être fatale.

Le Tervueren est un coéquipier par excellence. C'est un sportif qui ne supportera pas l'inaction. On doit le tenir occupé. Ses antécédents de gardien de troupeau expliquent son agilité, sa vivacité et son intelligence. C'est un athlète infatigable, toujours en mouvement. Le train-train d'une vie sédentaire n'est pas pour lui. Pire, un manque d'exercice entraînera une nervosité excessive, signe d'un déséquilibre chez le chien. 

D'un naturel protecteur, il n'hésitera pas à défendre sa famille contre ce qui lui semble hostile. À cause de ses traits de personnalité, il est particulièrement important que le chiot soit socialisé et initié à différentes situations avant qu'il n'atteigne l'âge adulte. Le Tervueren doit faire la différence entre l'hostilité et l'inusité. Il doit apprendre jeune que ce qui est nouveau n'est pas nécessairement menaçant.

Le Tervueren est généralement un chien courageux. Les signes de timidité sont une faute grave dans la race tout comme l'est l'agressivité. Les éleveurs sérieux ne reproduiront pas de sujets gênés ou agressifs. 


ENTRAÎNEMENT
De toutes les variétés de Bergers belges, le Tervueren est celui qui jouit le plus d'esprit d'initiative et d'indépendance. Étant doté d'une grande sensibilité, il répond mal aux méthodes dures d'entraînement. Son maître doit cependant utiliser une main de fer dans un gant de velours  c'est à dire un bon mélange de fermeté et de douceur.  Attention, le Tervueren est un as de la manipulation.  Par ailleurs, étant amoureux de son maître, il cherchera la plus souvent à plaire.  L'utilisation de jeux lors de son entraînement lui convient bien.

L'été dernier, Lucie Dessureault et sa Tervueren C-4 et sa Groenendael Twister faisaient partie de l'équipe qui représentait le Québec aux Championnats nationaux d'Agilité tenus en Alberta. Lucie, Twister et C-4 sont parmi les meilleurs au pays. Il faut voir la vitesse avec laquelle C-4 se déplace d'un obstacle à l'autre sur un parcours d'Agilité pour évaluer à sa juste mesure l'incroyable énergie de ce chien et les résultats fulgurants qu'il peut atteindre en travaillant « en équipe » avec sa maîtresse. C'est comme si C-4 tentait de deviner les désirs de Lucie. Naturellement, ces résultats sont l'aboutissement d'efforts soutenus. Ils témoignent également de la qualité de la relation maîtresse-chien que cette équipe a su développer.

Plus grande est l'énergie du chien, plus l'entraînement est exigeant et plus les résultats obtenus n'en seront que plus impressionnants. Le Tervueren est un excellent candidat à l'entraînement et ce, autant à l'Agilité, à l'obéissance, au herding ou au pistage. Quelque soit l'activité choisie, il faut être prêt à y consacrer du temps. On dit que le Tervueren est capable du meilleur ou du pire selon le maître que le hasard lui a attribué. 

VIVRE AVEC
À cause de sa grande énergie, le Tervueren a besoin d'activité. À cause de son amour excessif, il lui faut beaucoup d'attention et de tendresse. À cause de sa magnifique robe au poil long et dense, il requiert un brossage régulier et encore plus fréquemment lors des périodes de mues. Le Tervueren sera le protecteur des enfants qui font partie de sa famille. De plus, il sera tolérant avec le chat et les oiseaux s'il a été élevé à leurs côtés.

SANTÉ
Le Tervueren est généralement un chien robuste et en santé. Il n'est cependant pas exempt de problèmes génétiques dont certaines maladies oculaires.  La présence ou l'apparition de cataracte, ainsi que plus rarement la dégénérescence rétinienne, affecte certains chiens. Il est recommandé que l'éleveur fasse examiner les yeux de ses géniteurs avant de les reproduire. L'épilepsie est une grande préoccupation des éleveurs de Tervueren car plusieurs lignées en sont atteintes. L'hypothyroïdisme, soit une déficience de la glande thyroïde, se rencontre dans la race.  Par ailleurs, ce problème se contrôle facilement par médication. Les dysplasies, soit de la hanche ou du coude, sont aussi présentes tout comme quelques cas d'ostéochondrite. Si ces conditions sont suffisamment graves pour empêcher le chien de se mouvoir, différentes interventions chirurgicales sont possibles. Le Tervueren vit de douze à quinze ans. 

FICHE TECHNIQUE
Apparence générale : Chien bien équilibré, carré et élégant donnant une impression de force mêlé de fierté. Musculature bien développée. Hauteur à l'épaule : Mâle ; 61 à 66 cm. (24 à 26 pouces) : Femelle ; 56 à 61 cm. (22 à 24 pouces).
Attitude : Alerte et vivacité. Toujours en mouvement.
Mouvement : Allure souple et infatigable.
Tête : Port de tête fier. Museau pointu et nez noir. Mâchoire puissante. Yeux foncés en amande. Oreilles triangulaires, pointues et bien proportionnées avec la tête. Présence plus ou moins prononcé d'un masque noir qui à l'occasion peut recouvrir toute la tête.
Robe : Poil long, droit, abondant, doté d'un sous-poil dense. Le poil est plus long autour du cou et forme une collerette ainsi qu'à l'arrière des pattes où il forme des franges. La queue est fournie. Les couleurs vont du fauve au acajou foncé ou au gris et la pigmentation du poil est double de façon à ce que les pointes soient noires, ce qui donne l'apparence de charbonnage plus ou moins prononcé au cou, au dos et aux flancs. Une petite tache blanche sur le poitrail est permise. "